Séniors

Pose de la première pierre de l’EHPAD de Clermont : "Un projet esquissant ce que devrait être l’EHPAD du futur"

La pose de la première pierre de l’EHPAD de Clermont s’est déroulée, mercredi 13 octobre 2021, en présence de Nadège LEFEBVRE, Présidente du Conseil départemental de l’Oise. L’occasion de rappeler l’engagement quotidien de la collectivité aux côtés des séniors.

Publié le

Mercredi 13 octobre, la présidente du Conseil départemental de l'Oise, Nadège LEFEBVRE a témoigné la volonté du Département d’améliorer au quotidien les conditions de vie et d’hébergement des aînés en participant à la pose de la première pierre de l’extension de l’EHPAD du Centre hospitalier de Clermont. Sur ce projet global du secteur de gérontologie du CH de Clermont, la participation du Département prévoit d’allouer un montant de 2.16 millions d’euros pour la reconstruction de 120 places d’hébergement dans deux bâtiments : un bâtiment de 90 lits d’USLD (Unité de Soins Longue Durée) et un bâtiment de 30 lits EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). A ce projet s’ajoute la création à terme d’un pôle d’activités et de soins adaptés de 14 places.

Fin de chantier annoncé en 2022

En présence de Maxime MINOT, Député de l’Oise, Conseiller départemental du canton de Clermont et d’Ophélie VAN ELSUWE, Conseillère départementale du canton de Clermont, la Présidente a précisé que le projet devrait voir le jour au second semestre 2022 pour la partie relative à l’EHPAD. Actuellement, les travaux de terrassement et de fondation sont en cours. A terme, ce nouvel établissement d’hébergement permettra aux séniors résidents de bénéficier d’une prise en charge améliorée, personnalisée, avec un prix à la journée cohérent et maîtrisé pour les familles.

Une politique volontariste en faveur des aînés

 « Parce que nos aînés doivent vivre dans les meilleures conditions, ce projet s’inscrit dans une volonté d’améliorer l’offre d’hébergement gériatrique pour la sécurité et le confort des résidents », a appuyé Nadège LEFEBVRE. La Présidente a notamment attiré l’attention sur le fait que, d’ici à 2050, une personne sur 3 aura plus de 60 ans. « C’est dire si le vieillissement de la population doit être rapidement pris en compte, de même que les sujets liés au bien-vieillir, au maintien à domicile et la dépendance. »

C’est pourquoi le Conseil départemental de l’Oise, chef de file des solidarités, a lancé en 2015 une politique volontariste en faveur des aînés. Elle poursuit 2 objectifs clairs :

Le premier objectif consiste à proposer une solution de maintien à domicile des séniors, sereine et sécurisée, tout en luttant contre leur isolement.

 Le second objectif vise à offrir les meilleures solutions d’accueil et de séjour au sein des établissements destinés aux personnes en perte d’autonomie et dépendantes.

 Si ces objectifs ont été traduits par la mise en place d’actions prioritaires dans le cadre du Plan Oise Séniors, ils sont aujourd’hui illustrés par la pose de la première pierre « symbolique » du projet de reconstruction de l’EHPAD de Clermont  - Nadège LEFEBVRE

Des activités thérapeutiques innovantes grâce aux nouvelles technologies

Par ailleurs, Nadège LEFEBVRE s’est réjouie de la création, à terme, d’un pôle d’activités et de soins adaptés de 14 places, offrant un accompagnement supplémentaire aux résidents de l’EHPAD via la pratique d’activités thérapeutiques stimulant leurs capacités. « Je salue cette initiative qui prouve que le CH de Clermont a à cœur de s’adapter aux besoins de nos séniors, tout en esquissant ce que devrait être, selon moi, l’EHPAD du futur. »

Pour mémoire, au-delà du maintien de l’aide à l’investissement en faveur des projets de réhabilitation- reconstruction des EHPAD, le Département a fait le choix d’accentuer, en 2017, sa politique dédiée. Dans le cadre de ses appels à candidatures, le Conseil départemental de l’Oise dote par exemple EHPAD et USLD de solutions ludiques et innovantes (telles que bornes musicales, vélos interactifs, casques virtuels ou encore robots interactifs) afin d’améliorer l’autonomie des bénéficiaires et le lien social au sein des résidences. Ainsi, depuis 2018, c’est une enveloppe de 600 KE qui y a été dédiée par le biais de la Conférence des financeurs. Il sera dans ce cadre prévu de développer diverses actions au CH de Clermont : chariot snoezelen, repas et jardin thérapeutique, stimulation cérébrale, hypnothérapie, ou encore éveil des sens.

En définitive, l’EHPAD de demain devra se concevoir comme un lieu de vie, un lieu qui vit, et non plus seulement comme un établissement de soins, à l’instar de la démarche initiée par l’EHPAD de Clermont.