Sécurité à Agnetz : prévenir et dialoguer

Très étendue, la commune d’Agnetz compte 50 kms de voirie, 25 kms de chemins et cinq hameaux dont le centre. Cette particularité a nécessité la création d’un poste de police municipale qui patrouille afin de prévenir, dialoguer et sécuriser la population. Ce dispositif est complété par un système de 22 caméras de vidéoprotection.

Stéphanie Ansart, élue maire d’Agnetz en mai 2020, a choisi de nommer un conseiller municipal délégué à la médiation et à la sécurité. Bastien Vaillant travaille depuis main dans la main avec Didier Depulle, Agent de surveillance de la voie publique (ASVP) depuis 2015. Tous les trois ont un objectif commun : patrouiller, assurer des médiations, sécuriser et dialoguer pour prévenir la délinquance

« La préservation du vivre-ensemble est notre priorité », insiste d’ailleurs Stéphanie Ansart.

Et Didier Depulle prend cette mission très à cœur. Au volant d’un nouveau véhicule tout-terrain financé grâce à l’aide du Département, il sillonne inlassablement tous les hameaux et les chemins forestiers.

Il assure également la sécurité à la sortie des écoles, ce qui n’est pas une mince affaire dans les ruelles étroites de la commune.

Lutter contre les incivilités et les comportements individualistes

« À Agnetz, les gens s’entendent bien, assure Bastien Vaillant. Néanmoins, nous devons rester vigilant face à certains comportements individualistes, à des difficultés liées à un manque de dialogue ou à des dépôts sauvages. Mon rôle est de faire de la médiation, permettre aux personnes de se parler, faire de la pédagogie et Didier Depulle qui connaît le territoire comme sa poche nous aide à identifier d’éventuels conflits ».

En outre, avec la crise sanitaire le rôle de l’ASVP a été renforcé avec une attention particulière portée aux personnes isolées et âgées. « Mon rôle, c’est d’abord d’être visible et de rassurer les gens », souligne d’ailleurs Didier Depulle.

Précurseur en videoprotection

Agnetz a été l’un des précurseurs dans l’Oise dans l’installation d’un système complet de vidéoprotection. La commune de 3 200 habitants dispose en effet d’un réseau de 22 caméras installées aux entrées et sorties de la commune, mais aussi au niveau des bâtiments administratifs, scolaires et sportifs.

« Je ne peux pas dire ce qui ne s’est pas produit grâce à la vidéoprotection qui a un effet dissuasif, assure Didier Depulle. Par contre, je sais que les images ont permis à la gendarmerie de résoudre des affaires et que cela évite tous les faits dits d’opportunité.»

Une commune placée sous vidéoprotection, et signalée comme telle, est effectivement beaucoup moins concernée par les cambriolages.

« Agnetz n’a pas de réels problèmes de délinquance, insiste pour conclure Stéphanie Ansart, mais c’est sans doute grâce à toutes ces mesures que les habitants de la commune se sentent en sécurité. »

 

DÉCOUVREZ D'AUTRES AIDES AUX COMMUNES