Pontarmé place la jeunesse au cœur de ses projets

Pontarmé, en lisière de la forêt de Chantilly, est de plus en plus attractive pour les salariés du grand Paris et de la zone Roissy-Charles de Gaulle. Pour accueillir ces nouveaux arrivants sans sacrifier l’esprit village de cette commune de 817 habitants, de nouveaux équipements sont construits ou à l’étude pour accueillir une population en plein renouvellement dont un nouveau city-stade qui vient d’être équipé de vidéoprotection avec l’aide du Département.

Face à la hausse démographique liée à la proximité de sa commune avec la région parisienne, les projets de Pontarmé accompagnent le mouvement sans pour autant perdre l’esprit village apprécié de tous.

« Nous avons ici une population de plus en plus jeune, avec des enfants, et qui tend à augmenter, souligne Alain Battaglia, élu de Pontarmé depuis 30 ans et premier magistrat depuis 2008.  Ici, une maison mise en vente part en quelques jours. Ils sont attirés par la convivialité de la commune mais souhaitent trouver les mêmes services qu’en zone urbaine. Et tout l’enjeu ici est de trouver un juste équilibre entre la qualité de vie et la qualité de service. »

Avec un objectif, porter des projets et créer des équipements appréciés des jeunes et facilitant la vie des familles.

Priorité à la jeunesse

Si les précédents chantiers entrepris ont été essentiellement des travaux d’urbanisme (réfection de la grande rue, création d’une sente piétonne, d’une piste cyclable), les nouveaux projets de Pontarmé sont désormais tournés vers la jeunesse.

Ainsi, après la construction d’un city-stade « qui affiche toujours complet » et récemment placé sous vidéosurveillance avec l’aide du Département, l’heure est à la réflexion autour de l’école.

Une nouvelle école à imaginer

« La crise sanitaire nous a vraiment convaincu que l’école était trop petite, et qu’avec 40 périscolaires, 70 demi-pensionnaires et la hausse démographique, il fallait trouver une nouvelle solution. C’est facile dans les mots mais pas dans le budget. Car si une réflexion est en cours, l’idée qui se dégage serait de construire une nouvelle école avec le centre loisirs et la restauration scolaire» Une facture estimée entre 700 000 et 800 000 euros, qui n’est pas envisageable sans l’aide du Conseil départemental qui « finance de genre de projet ». Actuellement sous la forme d'une étude, ce projet pourrait optimiser l'offre jeunesse dans cette commune en plein essor.

Faire que les gens soient ensemble

Si l’heure est donc à la réflexion, elle ne cesse de renforcer la conviction profonde du maire. « Dans une commune, l’école c’est la vie. D’autant plus dans une commune comme la nôtre où les gens travaillent à l’extérieur et demandent la création de lien social. Selon moi, l’école est le meilleur outil pour que les gens soient ensemble, c’est pourquoi j’y attache autant d’importance. » Par ailleurs convaincu de l’utilité des services offerts à la jeunesse, le maire met des moyens importants pour l’aide au devoir, les animations pour les scolaires et les périscolaires. « Au niveau de l’école et du périscolaire, je ne m’occupe pas de ce qu’ils font mais je fais en sorte qu’ils puissent le faire ». Cette mission de facilitateur n’est-elle d’ailleurs pas l’essence même de la fonction du maire ? Alain Battaglia, lui, en est convaincu.

 

DÉCOUVREZ D'AUTRES AIDES AUX COMMUNES