Crèvecœur-le-Grand : une Maison de santé opérationnelle face à la COVID

Défendue depuis des années par les élus locaux, la Maison de Santé de Crèvecœur-le-Grand a accueilli ses premiers patients en juillet 2020, entre deux confinements. Cette grande structure qui réunit une douzaine de professionnels de santé, a pu ouvrir une unité COVID, capable de réaliser jusqu'à 35 tests par jour ! Cette belle réussite permet aujourd'hui d’ancrer l’offre de santé sur un territoire qui compte une vingtaine de communes.

La nouvelle Maison de santé de Crèvecœur-le-Grand a de l’allure ! Ce grand bâtiment de 580m2, rouge, gris et blanc, a été construit de plain-pied à deux pas du cœur de ville de la commune de 3 677 habitants.

5 000 patients et 12 professionnels

Rue du stade, dans un environnement verdoyant, dotée d’un parking et d’une voirie neuve, douze professionnels de santé sont présents depuis l’ouverture : cinq médecins généralistes, un chirurgien-dentiste, deux masseurs-kinésithérapeutes, un pédicure-podologue et trois infirmiers libéraux. En décembre, un angiologue est venu compléter l’équipe, suivi d’un psychologue et d’un sophrologue en vacation.

La Maison de Santé compte déjà 5 000 personnes ayant déclaré leur médecin traitant. Un plébiscite qui marque la fin d’un long combat et le début d’une belle aventure.

« L’origine de la Maison de Santé remonte à un constat fait par plusieurs maires de l’ancienne communauté de communes qui voyaient partir leur médecin généraliste sans trouver de remplaçant», raconte Aymeric Bourleau, maire et ancien premier adjoint de Crèvecœur-le-Grand. « Face à cette situation, il fallait trouver une solution. D’abord porté par plusieurs intercommunalité, le projet a été repris à bras le corps par la ville en 2018. »

Pour un montant total de 1,6 million d’euros, cette construction représente un reste à charge de 500 000 euros pour la commune. « En finançant un tiers du projet, le Département nous a permis de concrétiser ce projet couteux. S’il reste onéreux, c’est un choix politique que nous assumons car cette création répond à un réel besoin»

En première ligne face à la crise sanitaire

La mutualisation des moyens a permis, notamment, de fixer des médecins sur le territoire et d’attirer de jeunes diplômés. Mieux. Au hasard du calendrier, cette Maison de Santé, opérationnelle en pleine crise sanitaire, a pu absorber jusqu’à 35 tests COVID et 400 appels par jour !

Comme le souligne Ameline Roose, infirmière et coordinatrice du centre, « une Maison de Santé permet de s’adapter aux besoins des professionnels de santé qui ne souhaitent pas exercer seuls : que ce soit pour des raisons de mutualisation des moyens, pour les remplacements, mais aussi pour l’achat de matériel couteux ou du suivi du patient. Quand j’étais seule, je n’avais pas beaucoup de contact avec les médecins et ça me manquait. »

« Une Maison de santé est un équipement d’avenir, reprend le maire. Il permet de conserver nos médecins en s’adaptant aux besoins des jeunes diplômés et d’ancrer ainsi solidement l’offre de soins sur notre territoire. »

20 kilomètres, 20 communes et 8 800 personnes

Pour les habitants du secteur, la Maison de Santé représente une avancée réelle vers l’accès aux soins pour tous. La structure rayonne actuellement sur 20 kilomètres, 20 communes alentours qui pèsent 8 800 personnes. « Nous recevons tout type de personnes, souligne Ameline Roose, de 0 à 100 ans ! » Sans cette Maison de santé, ils auraient dû se rendre sur Beauvais, Grandvilliers, Marseille-en-Beauvaisis ou Breteuil, soit une vingtaine de kilomètres pour trouver un professionnel de santé « de proximité ».

En ouvrant ses portes, cette nouvelle Maison de santé représente ainsi un vaisseau amiral dans la lutte contre la désertification médicale et l’accès aux soins. Un enjeu majeur sur ce territoire !

 

Contact

DÉCOUVREZ D'AUTRES AIDES AUX COMMUNES