A Breuil-le-Vert, des grands projets pour unir la commune

Très étendue, la commune de Breuil-le-Vert s'étire de part et d’autres de la RD 1016 et réunit sous une même bannière les hameaux de Cannectancourt, Rotheleux, Breuil-centre, Giencourt et Belle Fontaine. Cette particularité lui a imposé d'imaginer des solutions pour conserver le lien social entre les 3 616 habitants. Aujourd'hui, la création d’un pôle scolaire unique au parc du Grand Air, reliée par une voie verte, participe désormais à nouer des échanges entre le bourg et les hameaux de l'autre côté de la voie rapide.

Jean-Philippe Vichard, maire de Breuil-le-Vert depuis 2008, poursuit un challenge : encourager l’essor démographique de sa commune en maintenant l’esprit « village ». Cet ancien professeur en lycée professionnel a donc décidé de poursuivre la vision de l’ancien maire récemment décédé, Pierre Haute-Pottier, en fédérant tous les hameaux et le centre-bourg autour d’un cœur commun situé au parc du Grand Air. Ce projet s’appuie sur la construction du Pôle Enfance « Olympe de Gouges » qui a été inauguré en 2019 et qui réunit les enfants des trois anciennes écoles du bourg, de Giencourt et de Rotheleux. « L’objectif est d’ici 2023 d’ajouter une extension pour accueillir les enfants de l’école de Cannectancourt qui reste encore à part, mais il faut d’abord digérer cet investissement », souligne Jean-Philippe Vichard.

Les enfants donnent le cap

Car, en complément d’un groupe scolaire de 5 classes, il a également été décidé la construction d’un restaurant scolaire, d’un accueil périscolaire et d’un centre aéré qui constituent l’ensemble de ce Pôle Enfance « Olympe de Gouges ». L’ensemble, qui représente un investissement de 2,5 millions d’euros, est un pari sur l’avenir qui a été soutenu par le Département à hauteur de plus de 800 000 euros.

« Dans une commune comme la nôtre, les enfants donnent la direction à suivre, souligne Jean-Philippe Vichard. Nous regardons avec beaucoup d’attention l’arrivée de nouveaux ménages ou de nouveaux enfants pour anticiper au maximum et accompagner l’essor démographique ». Cette anticipation passe non seulement par la construction d’équipements scolaires maternels et primaires aux normes mais aussi par la création d’aménagements aux abords du collège et du lycée. « Ainsi, l’un de nos prochains projets est de créer une zone de stationnement pour les bus scolaires au niveau du collège pour renforcer la sécurité des enfants. »

Des déplacements à sécuriser

Ainsi, avec 420 enfants en maternelles et en primaires, 750 collégiens et 650 lycéens qui transitent chaque jour à Breuil-le-Vert, la commune doit définitivement compter avec sa jeunesse mais aussi assurer la sécurité des déplacements de tous.

Le Parc du Grand Air, qui réunit le pôle scolaire, des terrains sportifs, la salle des fêtes, un parc de verdure, un circuit BMX et un tout nouveau city stade, est aujourd’hui très fréquenté. Pour s’y rendre, il faut emprunter la rue du Grand Air (rebaptisée rue Pierre Haute-Pottier) qui est également empruntée par de nombreux piétons et cyclistes qui se déplacent vers les différents hameaux, les commerces de proximité ainsi que le collège et le lycée Roberval.

« Avec la construction du pôle enfance, nous avons pris en compte l’accroissement de la circulation et les problèmes de sécurité que cela pouvait poser, explique Jean-Philippe Vichard. Nous avons donc procédé à des aménagements de voirie, tel qu’un giratoire, entre la sortie de la rocade et la rue du Grand Air qui conduit au Parc du Grand Air mais surtout la construction d’une une voie sécurisée entre le pont SNCF et le nouveau giratoire au lieu et place d’un étroit trottoir. » Ces transformations, qui ont également été soutenues par le Département, ont permis d’améliorer la sécurité des piétons, écoliers, cyclistes et l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite aux équipements publics.

 

DÉCOUVREZ D'AUTRES AIDES AUX COMMUNES