Plan Oise Santé : Le Département s'engage pour séduire les professionnels de santé

Plan Oise Santé : Le Département s'engage pour séduire les professionnels de santé
En 2017, le Conseil départemental a annoncé la mise en place du Plan Oise Santé qui entre cette année en phase opérationnelle. Au programme, prospection dans les facultés pour séduire les médecins avec des aides à l’installation et investissement dans les communes pour construire des maisons médicales. Au total, 4,5M€ sont budgétés pour lutter contre la désertification médicale.

4 mesures du Plan Oise Santé

Pour attirer les professionnels de santé dans l’Oise, le Conseil départemental mobilise quatre mesures concrètes :

L'aide financière à l'installation

Elle vise à limiter la charge pour les médecins ou professionnels de santé nouvellement diplômés, qui préféreraient exercer à l’hôpital pour ne pas s’endetter. Une enveloppe de 1,5 M€ est consacrée à ce volet pour permettre l’accompagnement des médecins à hauteur de 20 000€ au maximum (40 000€ pour les dentistes).

Le prêt à 0%

C'est est une aide aux généralistes, spécialistes, dentistes, infirmiers et  kinésithérapeutes s’installant pour la première fois en zone de désertification médicale dans l’Oise. Il s’agit d’un prêt à 0 %, de 5 000 à 50 000 €, pour une durée de 2 à 5 ans et cumulable avec l’aide à l’investissement, dans la limite de 80 % du montant investi. Elle complète l’aide financière à l’installation pour permettre, par exemple, l’acquisition de locaux (patientèle non subventionnée).

Une enveloppe de 1 M€ est consacrée à ce volet du Plan Oise Santé en 2018.

Un accompagnement individualisé pour les professionnels de santé et les étudiants

Ce guichet, piloté avec l’ARS en particulier, aura vocation à favoriser l’émergence de Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS), l’équivalent de maisons de santé multi-sites, au sein desquelles les professionnels se soutiennent dans l’exercice de leur métier. Le Conseil départemental propose dans ce cadre un accompagnement individualisé pour l’installation des médecins et leurs familles.

L’aide à la création de maisons de santé

Elle doit favoriser l’exercice groupé de la médecine et le remplacement des professionnels pendant leurs congés. Ces structures répondent aux attentes de nombreux médecins.

Aide aux communes

Une mesure dotée de 1,5 M€ au titre de l’aide aux communes. Depuis 2015, plus de 2 M€ de subventions ont été versés aux communes de l’Oise pour la création de maisons médicales ou de cabinets pluriprofessionnels publics sur l’ensemble du territoire.

 

En savoir plus sur le Plan Oise Santé.

Ils ont choisi l’Oise. Témoignages :

Ces médecins ont choisi de s’installer et d’exercer dans l’Oise. Ils témoignent de leurs raisons et se félicitent de leur choix : cadre de vie, patientèle variée, réseau professionnel, équipements…

 

« J’ai des attaches familiales dans l’Oise et j’ai eu la chance d’avoir une offre dans une zone semi-rurale dans le Vexin, au Sud-Ouest du département après mes études à Amiens. Je ne suis pas une citadine dans l’âme et ce choix me convenait parfaitement. Le fait de m’installer dans une zone en sous-densité médicale était un choix car cela me permettait de faire ma place toute seule sans prendre la patientèle d’un confrère. J’apprécie cependant de bénéficier d’un cabinet dans une maison médicale avec plusieurs professionnels de santé et la proximité d’une pharmacie.

Installée depuis décembre 2015 à Sérifontaine, je ne peux que confirmer mon choix et je ne regrette absolument pas. La patientèle est variée et je peux, comme je le souhaitais, avoir une pratique large, de la pédiatrie à la gériatrie. »

Docteur Marie-Adeline Toussaint, Médecin généraliste à Sérifontaine

 

« J’ai décidé de m’installer à Bresles en février 2020 à la fin de mes études de médecine. J’ai pris cette décision après avoir fait plusieurs stages dans trois cabinets oisiens.

Ces expériences m’ont permis de me faire une idée de l’exercice de la médecine générale dans l’Oise qui correspondait à mes attentes. Originaire de Picardie, je souhaitais rester dans la région tout en exerçant une médecine allant des urgences à la pédiatrie. J’ai décidé de reprendre le cabinet où j’avais fait l’un de mes stages après avoir constaté la diversité de la patientèle et terminé une expérience vraiment agréable.

Mon choix a également été motivé par l’ouverture d’une maison médicale qui va me permettre de travailler en pôle avec d’autres professionnels de santé dans des locaux accessibles et neufs. »

Maxime Vigneux, Interne en médecine générale CHU Amiens et futur médecin généraliste à Bresles

 

« Le département de l’Oise n’a pas à rougir de ses hôpitaux ! Que ce soit pour des sollicitations dans le cadre des urgences ou des maladies chroniques, le médecin généraliste qui choisit de s’installer dans l’Oise n’est pas seul. S’agissant de l’accueil des urgences, il bénéficie de plusieurs services publics et privés dans les différents hôpitaux (Beauvais, Clermont, Creil/Senlis, Compiègne/Noyon) et à la clinique Saint-Côme de Compiègne. Ce maillage est complété par des sites de consultations non programmées comme l’hôpital de Chaumont-en-Vexin et l’hôpital privé de Chantilly les Jockeys. Le département comprend également trois plateaux techniques équilibrés (médicales, chirurgicales et obstétricales) capables de prendre en charge la majorité des urgences vitales traumatiques ou médicales, comme les urgences cardiaques (avec un plateau en cardiologie très poussé) et neurologiques.

Si les différentes spécialités sont présentes dans le département, la proximité de Paris et du CHU d’Amiens permettent une orientation facile des patients vers de grands pôles hospitaliers. »

Docteur Thierry Ramaherison, Chef de service du SAMU 60 au Centre Hospitalier Simone-Veil Beauvais