Cauffry: le collège rebaptisé "Simone-Veil"

Cauffry: le collège rebaptisé

Nadège Lefebvre, Présidente du Conseil départemental, a inauguré, ce mardi 20 février 2018, le collège de Cauffry rebaptisé “Simone-Veil” en l’honneur de l’ancienne ministre, disparue l’année dernière. Une cérémonie émouvante en hommage posthume à son parcours, ses valeurs et son engagement sans faille dans le droit des femmes mais aussi dans la Résistance.

Retour en images 

Les élus présents

Étaient également présents : Nicole Cordier,Vice-présidente du Conseil départemental chargée de l’éducation, de la jeunesse et de la citoyenneté, Christophe Dietrich, Vice-président du Conseil départemental chargé de la sécurité et de la protection civile et Conseiller départemental du canton de Nogent-sur-Oise, Ophélie Van-Elsuwe, Conseillère départementale déléguée en charge de la jeunesse et de la citoyenneté, et Gillian Roux, Conseillère départementale du canton de Nogent-sur-Oise, Jacky Crépin, Directeur académique des services de l’Éducation nationale, Claude Persan, Maire de Cauffry et Florence Vincent, Principale du collège.

 

Le collège de Cauffry

Jusqu’ici le collège de Cauffry portait le nom de “du collège du Marais”, en raison du lieu où il avait été bâti. L’établissement accueille 506 collégiens.

 

Le 10 juillet dernier, le Conseil départemental de l’Oise a décidé de le renommer “Simone-Veil” en l’honneur de l’ancienne ministre, disparue le 30 juin 2017, à l’âge de 89 ans.

 

Une femme exceptionnelle qui a lutté toute sa vie pour ses valeurs, la liberté et les droits des femmes. Elle a également marqué la Vème république par un engagement fort.

Une cérémonie d'hommage émouvante

Au cours de la cérémonie, de nombreux collégiens se sont succédé au pupitre afin de rendre hommage à Simone-Veil, à son histoire et ses prouesses.

 

Parmi eux, deux Conseillers départementaux Jeunes (CDJ) fraîchement élus : Arthur Bérard et son suppléant Matteo Varey.

 

C’est avec émotion que la pierre nominative du collège a été dévoilée avant que l’assemblée n’entonne, en chœur, la Marseillaise.