Ouverture de la voie rapide entre Ribécourt et Noyon

Ouverture de la voie rapide entre Ribécourt et Noyon

Depuis lundi 22 mai 2017, dans un sens, et mercredi 24 mai 2017, dans les deux sens, la nouvelle liaison rapide entre Ribécourt et Noyon est ouverte à la circulation.

 

Grâce au travail des services départementaux et à un budget conséquent de 100 M€, financé au deux tiers par le Conseil départemental, cet équipement facilite le quotidien des Oisiens et améliorer leur cadre de vie.

 

 «  Par cet investissement, le Conseil départemental répond à plusieurs priorités, explique Édouard Courtial, Président du Conseil départemental. Cette liaison offre ainsi des conditions propices au développement économique, tout en renforçant la sécurité et le confort des usagers et en réduisant les nuisances subies par les riverains. »

 

19 000 véhicules par jour

La RD 1032 est une route classée en 1ère catégorie sur le réseau départemental et supporte un trafic de l’ordre de 19 000 véhicules par jour, dont 10% de poids lourds, dans les deux sens de circulation.

Cette nouvelle liaison routière Ribécourt-Noyon, de 8 km en deux fois deux voies, constitue aujourd’hui le chainon manquant du plan de désenclavement du Nord-Est du département, en reliant deux tronçons déjà modernisés : la liaison Compiègne-Ribécourt et la déviation Sud de Noyon.

 

Dans la logique d’itinéraire, elle assure la jonction entre deux tronçons modernisés antérieurement : la liaison Compiègne-Ribécourt d’une part, et la déviation Sud de Noyon d’autre part.

Jusqu’à 16 minutes de gain par jour

Elle permet de fluidifier la circulation entre les grands pôles économiques, de relier les autorourtes, de sécuriser la traversée de Passel et Chriy-Ourscamps.

 

Pour les usagers qui empruntent l’itinéraire deux fois par jour, le gain de temps de transport est estimé de 12 à 16 minutes par jour.

 

Le coût total  de l’opération de la liaison RD1032 entre Ribécourt et Noyon est de 100 M€ TTC soit 83,3 M€  HT.

La Région a participé à cette opération suivant trois financements : Contrat de Plan État-Région-CPER 2000/2006 (50% État et 50% Département), Convention 2001 (75% Région et 25% Département) et Contrat de Développement  Région-Département-CDRD  2008/2013 (50% Région et 50% Département – dépenses jusqu’au 31/08/15).