Les rencontres de l'Oise rurale: un premier pas vers un futur plan départemental

Les rencontres de l'Oise rurale: un premier pas vers un futur plan départemental

Parce que la ruralité est une force et qu’elle mérite les mêmes attentions que les zones urbaines, le Département a mis en place, ce vendredi 9 décembre 2016, les Rencontres de l’Oise rurale. Cette journée fut un temps d’échange précieux entre plus de 350 maires issus de communes de moins de 3500 habitants, des élus et des acteurs du terrain rural. Comment préserver les services de proximité en milieu rural et éviter leur disparition ? Comment améliorer la sécurité dans les zones rurales touchées de plus en plus souvent par la délinquance ? Et enfin quels moyens mettre en place afin d’attirer de nouvelles entreprises sur le territoire et développer ainsi son dynamisme économique ? Autant de questions qui ont été posées au cours des 3 tables rondes de l’après-midi, permettant ainsi de débattre sur des thématiques essentielles à l’avenir de la ruralité : l’économie, les services publics de proximité et la sécurité.

 

Les Rencontres de l’Oise rurale ont permis de soulever de nombreuses questions touchant de près à la ruralité avec pour objectif de poser les premiers jalons d’un futur plan rural.

 

Et ces rencontres ont été fructueuses en débouchant sur des mesures que le Conseil départemental a décidé dans les mois à venir :

1 - La création d'un Centre de Supervision Mutualisé de vidéoprotection permettant aux communes rurales de se doter de moyens de lutte contre la délinquance
2 - La lutte contre la désertification médicale en favorisant l'installation de jeunes médecins et chirurgiens-dentistes en milieu rural
3 - La facilitation de l'accès aux marchés publics pour les entreprises de l'Oise

 

« Nous voulons trouver les outils pour parler aux élus de cette “France abandonnée” et pour répondre à ses problèmes de sécurité, de santé, de transport et d’emploi. Nous voulons bâtir un projet de vie dans l’Oise, pour résorber le clivage urbain/rural, tant creusé ces dernières décennies. Ces assises constituent un centre de réflexion et le point de départ d’une opération de reconquête des villages trop longtemps sacrifiés, pendant que les métropoles et leurs banlieues faisaient l’objet de toutes les attentions. Des actions sont déjà engagées, mais il nous faut aller plus loin. En écoutant les maires des petites communes, nous voulons faire émerger des idées et des initiatives qui partent du terrain », a déclaré Édouard Courtial, Président du Conseil départemental.

 

 

Parmi les nombreux invités : le Président Édouard Courtial, Éric Woerth, Député et Maire de Chantilly, et Didier Martin, Préfet de l’Oise, ont pris la parole en début et fin de journée.

De nombreux élus du Conseil départemental étaient également présents : Khristine Foyart, Vice-présidente chargée de la vie associative et culturelle, Franck Pia, Vice-président chargé de l’action sociale et des politiques d’insertion, Anaïs Dhamy, Vice-présidente du Conseil départemental chargée de la famille, de l’enfance et de la petite enfance, Martine Borgoo, Conseillère départementale déléguée chargée de l’agriculture, Brigitte Lefebvre, Conseillère départementale du canton de Beauvais 1, Gillian Roux, Conseillère départementale du canton de Nogent-sur-Oise, Anne Fumery, Conseillère départementale du canton de Mouy et Michel Guiniot, Conseiller départemental du canton de Noyon.

 

Certains élus sont également intervenus au cours des tables rondes. Nadège Lefebvre, Vice-présidente du Conseil départemental chargée de la ruralité et des services publics, est à l’origine des assises et a introduit chaque table ronde. Jérôme Bascher, Vice-président du Conseil départemental chargé de l’administration générale et des finances, Charles Locquet, Conseiller départemental délégué chargé de l’entreprise et de l’artisanat, Christophe Dietrich, Conseiller départemental du canton de Nogent-sur-Oise, ou encore Arnaud Dumontier, Conseiller départemental du canton de Pont-Sainte-Maxence, sont intervenus au cours des 3 temps de paroles.

Des rencontres animées

  • Un village associatif a été mis en place au début d’après-midi afin que les maires présents puissent échanger avec le service d’Aide aux communes et les organismes départementaux de services aux communes (ADTO, CAP’Oise, SAO, CAUE, EPFLO, Oise Tourisme…).
  • Trois tables rondes ont ensuite débuté à 14h30. Témoins et experts sont venus échanger avec les participants pendant plusieurs heures afin d’établir un diagnostic des problématiques et des prescriptions à mettre en œuvre pour la ruralité.

 

1ère table ronde « Le dynamisme rural, un atout pour l’emploi local »

 

En zone rurale, les entreprises bénéficient d’atouts non-négligeables : grands espaces disponibles, locaux financièrement accessibles, connexion rapide aux différents pôles urbains, etc.

 

Avec le déploiement du Très Haut Débit (THD) par le Conseil départemental sur l’ensemble du territoire d’ici 2020, de nouvelles perspectives économiques se dessinent pour l’Oise dynamique. L’Oise numérique apporte également son lot d’opportunités nouvelles pour la ruralité.

 

Le département a ostensiblement des atouts pour attirer les entreprises, il faut les développer, anticiper les moyens et sauvegarder, en parallèle, les commerces de proximité qui meurent, chaque jour, face à l’apparition de grandes surfaces commerciales.

 

« Pour favoriser le maintien ou le retour de commerces et de services dans les bourgs ruraux, le Département propose déjà une aide bonifiée aux communes qui achètent des locaux dans le but d’y créer ou d’y maintenir une activité de proximité. Cette aide a bien entendu vocation à être pérennisée. Il s’agit de donner aux communes les moyens de sécuriser l’installation d’un commerçant, ou de supprimer la barrière économique que peut parfois constituer la reprise d’un fonds de commerce, à plus forte raison dans les petits villages », déclare Édouard Courtial au sujet des aides départementales déjà mises en place en faveur de la création d’entreprise dans l’Oise.

 

Nathalie Crouzet, Présidente du directoire de Kindy, Ghislain Lueza, Dirigeant du cabinet de conseil CODE, Christophe Liénart, Chargé de mission à la Chambre des métiers et de l’artisanat, ont accompagné Jérôme Bascher et Charles Locquet, au cours de cette première table ronde dédiée au développement de l’économie rurale.

2ème table ronde « Recréer une offre de services pour répondre aux nouveaux besoins »

 

L’existence d’une offre de services de proximité est indispensable pour attirer de nouveaux habitants et maintenir la vie rurale. La stabilité démographique mais aussi le développement des moyens de transport et de communication, la création de nouveaux logements, la proximité de services de santé, d’éducation, sont attendus par les Oisiens des territoires ruraux.

 

Parmi ces thèmes, ont été abordés : le maintien de services publics, la mutualisation des moyens, la création d’une offre variée de logements et la désertification médicale.

 

« L’Oise est, dans la région, le département le plus touché par ce phénomène de désertification médicale. Pour tenter d’inverser la tendance, le Conseil départemental va, dès 2017, aller à la rencontre des étudiants en médecine en leur proposant des bourses… Ce dispositif renforcera les aides départementales déjà existantes… Dans le domaine du logement, l’Oise fait partie des Départements peu nombreux qui ont choisi de maintenir le niveau de leurs aides aux bailleurs pour la construction ou la réhabilitation de logements… C’est aussi pour favoriser l’attractivité de nos villages que nous avons également décidé de renforcer les moyens consacrés aux travaux d’assainissement en milieu rural, qu’ils soient collectifs ou individuels… » synthétise le Président, à l’issue des tables rondes à propos de la problématique des services publics de proximité.

 

Arnaud Dumontier, Christophe Dietrich, Anne Guénand, Enseignante-chercheuse, porteuse du projet Bip Pop, Docteur François Doumayrou, médecin, et Jean-Pierre Desmoulins, Maire de Saintines, ont longuement échangé à ce sujet.

3ème table ronde « L’innovation au service de la sécurité »

 

L’espace rural est devenu, en quelques années, le nouveau terrain de jeu des malfaiteurs. La ruralité est devenue plus vulnérable, notamment parce que ses habitants sont plus nombreux à travailler en dehors de leur commune.

 

L’ensemble de ces faits objectifs contribue à installer un sentiment d’insécurité dans les villages autrefois « sans histoire ».

 

Cette table ronde a permis de réfléchir aux moyens à mobiliser pour la sécurité des petites communes oisiennes et aux dispositifs innovants pouvant être mis en œuvre.

 

« Depuis 2015, nous avons mis en place le plan Oise vidéoprotection. Il a déjà permis de financer l’installation de 549 caméras supplémentaires dans l’Oise, soit pratiquement un doublement du parc de caméras en service. Le plan Oise vidéoprotection a surtout rempli sa mission en offrant la possibilité aux communes rurales d’acquérir des équipements coûteux… Aujourd’hui, nous voulons vous proposer d’aller plus loin. Nous réfléchissons depuis plusieurs mois à la mise en œuvre d’un centre de supervision mutualisé, qui gérerait 24h/24 et 365 jours par an des alertes pour le compte des communes qui n’ont pas les moyens de s’équiper de la sorte, en lien avec la gendarmerie. C’est un projet ambitieux, complexe qui demande encore quelques mois de travail et de réflexion pour devenir opérationnel » a précisé Édouard Courtial au sujet des mesures départementales actuelles en termes de sécurité.

 

La solution du centre de supervision mutualisé rejoint d’autres constats qui ont été posés au cours de cette 3ème table ronde animée par le colonel François Brémand, commandant du groupement de gendarmerie de l’Oise, Patrick Corbel, Maire de Blaincourt-lès-Précy, Stéphane Dru, policier intercommunal de la CA Plaine Vallée, et Éric de Valroger.

En marche vers des solutions pour la ruralité

« L’Oise rurale est au centre de toutes nos attentions. À l’heure où, tous les regards convergent vers les grandes agglomérations, le Département prend un autre parti : celui d’un développement plus équilibré du territoire… Nous ne ferons pas de nos villages les poumons verts des grandes villes… Nos projets sont nombreux, du centre de supervision mutualisé à l’installation de jeunes médecins, en passant par l’aide renforcée aux zones d’activités » conclue le Président à l’issue des trois tables rondes.

 

Les rencontres de l’Oise rurale sont donc une première étape vers un futur plan départemental en faveur de la ruralité et, dans un premier temps, permettent de poser un diagnostic sur ce qui fonctionne et sur ce qui est à entreprendre en vue d’améliorer le développement des zones rurales. Quelques premières solutions en faveur de la sécurité, du développement économique et du maintien des services publics en milieu rural, ont été proposées.

 

Celles-ci se verront prendre forme dans un livre blanc, courant 2017. Il s’agira d’un point de départ en faveur d’un futur plan départemental pour la ruralité.

 

Télécharger le discours d'Édouard Courtial (format pdf - 230 ko).