Comprendre le budget 2016 en 99 secondes

Comprendre le budget 2016 en 99 secondes

Ce jeudi 28 janvier, le budget primitif 2016 a été voté en séance plénière, avec à la clef 50 M€ d’économies dès 2016, sans augmentation d’impôts.

Retrouvez les chiffres clés de ce budget responsable en 99 secondes

 

Un contexte budgétaire difficile

Ce difficile exercice est la conséquence, d’une part, du désengagement de l’Etat sur le financement, en particulier, des politiques sociales comme le RSA et, d’autre part, de la gestion financière de la précédente majorité qui a laissé le Département au bord de la faillite financière, selon un audit mené en juin dernier.

 

Un budget responsable

« Notre budget s’inscrit bel et bien dans une actualité brûlante que personne dans cette assemblée ne peut ignorer. Faire abstraction de ce contexte serait faire preuve d’irresponsabilité », a affirmé le Président du Conseil départemental, Edouard Courtial, en préambule de la séance. Des mesures avaient donc été prises au début de l'été dernier pour réaliser des économies sur les supports de communication, sur les frais des élus et les dépenses de fonctionnement. « Sans la décision de freiner fortement les dépenses de communication, en trimestrialisant le magazine 60, pour commencer, c’est près d’un million d’euros supplémentaire qu’il aurait fallu trouver. Soit la somme qui permet de créer ou de pérenniser une vingtaine d’emplois quand elle est bien employée. »

    

Un budget respectueux des engagements

Pour élaborer ce budget 2016, Edouard Courtial et l’ensemble de la majorité départementale ont souhaité que deux préalables soient respectés : la stabilité fiscale et le maintien de l’investissement à un niveau élevé.

 

« Nous avons pris l’engagement devant les Oisiens qui nous ont accordé leur confiance de ne pas augmenter les impôts ; nous tiendrons cette promesse. »

 

Ce budget ne va pas d’avantage « plomber les investissements de la collectivité ». En effet, les investissements profitent directement aux entreprises, souvent locales, qui bénéficient des marchés publics. Ces investissements créent ou pérennisent des milliers d’emplois. « Qui plus est, les investissements, dans le domaine routier par exemple, participent à l’amélioration de l’attractivité de notre territoire. »

Dans ce contexte, la réduction des dépenses de fonctionnement était « une décision difficile mais aussi la moins mauvaise solution. »

 

Aujourd’hui 50 M€ d’économies ont été identifiés pour 2016 avec la promesse d’en réaliser 30 M€ supplémentaires en 2017.

Un budget recentré sur les missions prioritaires

Faire porter les efforts sur les compétences facultatives, évaluer la pertinence et l’efficacité des aides apportées, mettre en place des politiques plus efficaces et moins couteuses, ont été les trois axes de travail qui ont présidé à l’élaboration d’un budget à la hauteur des économies nécessaires.

 

En revanche, l’éducation et la gratuité des transports pour les primaires, l’insertion durable dans l'emploi, l’accueil des personnes âgées, la modernisation des logements, l’accompagnement des exploitants agricoles en difficultés, le développement des filières économiques de proximité, l’entretien des routes et l’aide aux investissements des communes, notamment pour la sécurité, ont été placés au centre de ce budget recentré sur l'essentiel.

 

    

Un budget pour de nouvelles actions

Autour de ces priorités de nouvelles actions ont d’ores et déjà été lancées comme la mise en place du Pass Permis Citoyen pour les jeunes ou la mise en circulation du Bus pour l’emploi. Deux mesures concrètes et pragmatiques qui répondent aux besoins des Oisiens dans leur parcours d’insertion ou d’entrée dans la vie active.

 

« Aujourd’hui, la réalité budgétaire nous impose de prendre des mesures inédites. Les associations sont les premières victimes de l’héritage, ou plutôt du passif, laissé par la majorité précédente auquel s’ajoute un désengagement sans précédent de l’Etat. Nous devons préparer l’avenir. Et pour notre majorité, l’avenir ne peut pas passer par des hausses d’impôts, ni par une baisse de l’investissement au profit du fonctionnement », a conclu Edouard Courtial.

 

Retrouvez la séance publique du vote du Budget Primitif 2016

Matin

Après-midi