je recherche (par mots clés)

Noyon

Les amateurs d’histoire apprécieront

Ville d’art et d’histoire, Noyon est la troisième ville du département de l’Oise à posséder une cathédrale gothique.

Comme Beauvais et Senlis, la ville est créée par les romains au Ier siècle de notre ère et prend le nom de Noviomagus (le nouveau marché) car située comme ses deux sœurs au carrefour de voies commerciales.

Après la christianisation, la ville est gérée par des évêques qui conseillent les souverains. Le plus célèbre d’entre eux est Saint-Eloi qui, après la mort du roi Dagobert Ier, deviendra évêque de la ville (640 à 659).

Les liens avec les souverains se sont poursuivi dans le temps avec Charlemagne couronné roi de Neustrie (partie occidentale du royaume carolingien) en 768 et le sacre d’Hugues Capet en 987, évènement fondateur de la royauté française.

Cette puissance de l’évêché se traduit par la reconstruction de la cathédrale dans le nouveau style gothique à partir de 1140 et par l’organisation d’une véritable ville dans la ville avec d’un côté le quartier épiscopal (au sud) et de l’autre le quartier canonial (au nord) dont la très belle bibliothèque du chapitre, construite en pans de bois au XVIème siècle constitue un superbe témoignage.

Ville natale de Jean Calvin, qui a profondément marqué la Réforme, Noyon fait face aux soubresauts de l’histoire, passant de la gloire à un lent déclin au cours du XIXème siècle. Ville martyre de la Première guerre mondiale avec son centre détruit à près de 90%, Noyon saura se relever et s’imposer dans le concert des villes de l’Oise.

Le saviez-vous ?

Si Jean Calvin est né à Noyon (1509), les troubles que connut Noyon ne sont pas venus de lui. Au cœur du conflit entre la France et l’Empire de Charles Quint, la ville est pillée et brûlée à deux reprises par les troupes impériales. Plus tard, Noyon prendra le parti de la Ligue contre le roi Henri IV qui assiège et prend la ville en 1591.

 

C’est avec la Révolution française de 1789 que Noyon, comme Senlis perd son statut de cité épiscopale. L’évêché est transféré à Beauvais.

Les secrets cachés

Plusieurs musées permettent de mieux connaitre le passé de la ville et l’histoire de Jean Calvin. Au musée du Noyonnais les curieux pourront admirer un très rare jeu d’échecs datant du XIIème siècle.

A voir également la façade de l’Hôtel de ville dont les deux premiers niveaux présentent encore, comme à Compiègne, un décor gothique flamboyant. Illustration de l’opulence d’une ville qui obtint sa charte communale dès 1108 en faisant une des plus anciennes communes de Picardie.

Les amateurs d’hôtels particuliers des XVIIème et XVIIIème siècles trouveront leur bonheur en flânant rue de Paris et rue Saint-Eloi, deux des axes principaux de la ville.