je recherche (par mots clés)

SensorWake, le réveil olfactif

À 18 ans, Guillaume Rolland, étudiant à l'Université de Technologie de Compiègne, rafle tous les prix avec sa dernière invention : le SensorWake, un réveil qui tire du sommeil grâce aux parfums.

Fini les alarmes stridentes, place aux fragrances stimulantes ! Grâce à Guillaume Rolland, passionné de sciences, on va bientôt pouvoir émerger en douceur. "L’idée de départ est d’enlever les frustrations du matin avec le réveil sonore ou lumineux", explique le jeune surdoué. À l’origine de son projet de réveil olfactif : le constat fait par son père, directeur d’une maison de retraite, que les personnes âgées ont des difficultés à se lever avec des réveils classiques. La vue et l’ouïe baissent avec l’âge, tandis que l’odorat se préserve mieux.

Au départ, Guillaume a utilisé des huiles essentielles vendues en pharmacie, comme la menthe ou la cannelle, ou des odeurs qu’il a lui même extraites dans le laboratoire du lycée.

Après avoir gagné plusieurs prix (entre autres, Science et Vie Junior en 2013, Prix du public et Prix individuel au Salon des jeunes inventeurs et créateurs de Monts en 2014), il développe son réveil avec Centrale Nantes, qui l’imprime en 3D, et l’entreprise Exhalia, qui lui offre de nouveaux parfums synthétiques comme ceux du café, des fraises Tagada ou encore des viennoiseries.

Concrètement, il suffit d’introduire une dosette dans le réveil, un peu comme dans une machine Nespresso. "Le matin, la personne se réveille en 30 secondes ou une minute, on a fait des tests, c’est prouvé", assure Guillaume. Au cas où, au bout de deux minutes, une alarme de secours se met en marche.

Finaliste de la Google Science Fair

À la rentrée, le jeune scientifique a intégré l’UTC. Mais il n’a commencé les cours qu’en octobre, en raison d’un mois de septembre très chargé : Guillaume a tout d’abord remporté plusieurs prix au concours Lépine européen à Strasbourg, dont la médaille d’or. Il a aussi participé fin septembre à la célèbre Google Science Fair.

Le jeune homme a eu le privilège d’être le premier Français à être finaliste de cette foire des sciences organisée par le géant américain, qui existe depuis 2011. Il était en concurrence avec 14 autres génies du monde entier. Une étape importante, note Guillaume : elle devrait lui permettre de se faire connaître auprès des industriels pour un jour, pourquoi pas, vendre son SensorWake.